Firmin Bernicat 

Retour

(1842-1883)

Version PDF

   Claude Firmin Bernicat est né à Lyon, le 13 janvier 1842. C’est probablement dans sa ville natale que le jeune homme débuta ses études musicales, avant de gagner Paris au milieu des années 1860. Il fut sans doute admis au Conservatoire puisqu’il bénéficia des cours d’harmonie de Duprato. Mais, d’une santé délicate, il décéda à Asnières le 5 mars 1883 au moment où il commençait à se faire un nom dans le domaine de l’opérette.

   Comme beaucoup de compositeurs légers de cette époque, Bernicat débuta dans les cafés-concerts parisiens, qu’on n’appelait pas encore music-halls. Bernicat travailla souvent pour l’Eldorado, ou il présenta de petits spectacles lyriques au destin éphémère, mais qui lui permirent de « se faire la main ». Il gagnait également sa vie comme arrangeur musical et orchestrateur pour certains de ses collègues, le plus célèbre étant Robert Planquette.

   Comme compositeur, Bernicat se fit d’abord connaître en écrivant des chansons pour les vedettes de l’époque telles que : « Le chemin des noisettes » ou « La Pigeonne ». Il aborda aussi la scène et, pendant la bonne dizaine d’années que dura sa carrière, donna une trentaine d’ouvrages, la plupart en un acte, opérettes et saynètes bouffes ou sentimentales. On citera : Ali Pot-d’rhum (1869), Les Cadets de Gascogne, Le Cornette, Une aventure de la Clairon…

   Cependant les années passaient et la carrière de Bernicat, malgré ces petits succès, ne décollait toujours pas lorsque qu’il finit par attirer l’attention du directeur des Fantaisies-Parisiennes de Bruxelles qui lui proposa enfin son premier ouvrage en trois actes, intitulé Les beignets du Roi. Le livret était dû à Albert Carré (futur directeur de l’Opéra-Comique et librettiste de nombreux ouvrages) et Paul Ferrier. Créée le 10 février 1882 au Théâtre des Fantaisies-Parisiennes de Bruxelles, la pièce remporta un vif succès auquel ne manquait que Bernicat dont la santé ne lui permettait pas de quitter Paris. Il souffrait d’une phtisie (nom donné couramment à la tuberculose à cette époque) qui, semble-t-il avait empiré ces derniers temps.

   Le succès des Beignets du Roi lui avait permis d’obtenir le livret de François les Bas Bleus, sur lequel il travaillait, mais que sa disparition précoce avait laissé en chantier. L’éditeur de Bernicat, W. Enoch, qui était également celui d’André Messager, demanda à ce dernier de terminer la partition. Messager, alors au tout début de sa carrière, accepta ce travail. Huit mois après la mort de Bernicat, le 8 novembre 1883, François les Bas Bleus était créé aux Folies Dramatiques de Paris. La pièce, montée dans de beaux décors, bénéficiait d’une très bonne distribution. Le succès de la première se confirma. La pièce se joua jusqu’au 10 mars 1884 (131 représentations). L’opérette fut ensuite régulièrement reprise à Paris : Folies Dramatiques, Menus Plaisirs, Bouffes, Trianon. 

   Après le succès de la reprise de François les Bas Bleus aux Menus Plaisirs, le directeur de ce théâtre décida de monter Les Beignets du roi, le précédent opéra-comique de Bernicat mais dans une version révisée et sous un nouveau titre : Les Premières armes de Louis XV. On fit à nouveau appel à André Messager qui réécrivit les finals des premier et deuxième acte et ajouta quelques airs et soli. Créée le 16 février 1888, la pièce fut bien accueillie, mais ne fut jouée que 45 fois.

   Entre temps, le théâtre de Portsmouth, en Grande-Bretagne, avait créé en 1886, un opéra-comique en trois actes, Vetah, livret de Kate Santley sur des musiques de Bernicat. La partition porte officiellement le nom de Firmin Bernicat, mais le livret ayant été écrit trois ans après la mort du compositeur, elle fut sans doute composée de pages empruntées à ses œuvres antérieures, ce qui est tout à fait possible, car cet opéra-comique a été complété et arrangé par le compositeur et chef d’orchestre Georges Jacobi, qui connaissait parfaitement le répertoire léger français, ayant dirigé l’orchestre des Bouffes-Parisiens où certaines de ses œuvres furent données. Quelques airs supplémentaires furent demandés au compositeur Frederick Bowger. La première, donnée le 30 août 1886, fut un succès. Après Portsmouth, la pièce entreprit une tournée dans diverses villes anglaises, totalisant 156 représentations, mais ne fut jamais donnée en France.

Résumé d'un article de Bernard Crétel


 Références 

Vous retrouverez  Firmin Bernicat dans " Opérette " n° 148.
Si vous ne possédez pas ce numéro, vous pouvez le commander à l'ANAO (voir la page Anciens numéros).

 Oeuvres lyriques 

Légende : oc = opéra-comique, op = opérette, ob = opéra-bouffe, sc = scène, pant = pantomime, pays mus = paysannerie muicale 
Le chiffre indique le nombre d'actes
Création
Titre
Auteurs
Nature
Lieu de la création
1869
17 déc
Ali Pot-d'Rhum
Cehem - Ghédé
opé 1
Paris, Alcazar
Folies Bergère, 1874
1872
15 juil
Monsieur et Madame Véronique
Quentin (Léon), Gédhé
sc
Paris, Alcazar
1872
14 oct
Deux à deux
Mancel (Georges), Quentin (Léon)
opé 1
Paris, Tertulia
1872
Rabagâteuses (Les)
?
opé 1
?
1873
15 fév
Queue du Diable (La)
Quentin (Léon), Gédhé
opé 1
Paris, Tertulia
1874
Ah c't indien
Gédhé, Chivot (Henri)
opé 
Folies Bergère
1874
Par la fenêtre
?
opé 1
Folies Bergère
1875
28 mars
Trois grands prix(Les)
Delilia (Alfred), Le Senné (Ch.)
pays mus
Paris, Taitbout
1875
10 déc
Cabinet numéro six
Massine (Th.)
opé
Paris, Bouffes-Parisiens (Choiseul)
1876
4 avr
Deux Omar (Les)
Busnach (William)
ob 1
Paris, Fantaisies-Oller
(Fantaisies-Parisiennes)
1876
5 oct
Voyage du Petit Marquis (Le)
Péricaud (Louis), Villemer (Gaston)
opé 1
Paris, Fantaisies-Oller
(Fantaisies-Parisiennes)
ou Concert du XIXe siècle
1877
20 janv
Jeunesse de Béranger (La)
Péricaud (Louis), Villemer (Gaston)
opé 1
Paris, Eldorado
1877
22 sept
Pâté empoisonné (Le)
Frébault (Elie)
opé
Paris, Alcazar
1877
10 oct
Fou-Yo-Po
Max (Emile)
sc
Paris, Alcazar
1877
28 nov
Barbières de village (Les)
Blondelet (Charles), Baumaine (Félix)
opé
Paris, Alcazar
1877
Cornette (Le)
Péricaud (Louis), Villemer (Gaston), Delormel (Lucien)
opé 1
Paris, Eldorado
1878
25 janv
Moulin des amours (Le))
Péricaud (Louis), Villemer (Gaston)
opé
Paris, Eldorado
1878
23 nov
Aventure de la Clairon (Une)
Péricaud (Louis), Villemer (Gaston)
opé 1
Paris, Eldorado
1878
25 nov
Cadets de Gascogne (Les)
Dorfeuil (Georges), Mey (Charles)
opé
Paris, Alcazar
1878
17 déc
Agence Raburdin (L')
Dorfeuil (Georges)
opé
Paris, Eldorado
1878
21 déc
Poule mouillée (Une)
Jouhaud (Auguste), Péricaud (Louis), Villemer (Gaston)
opé 2
Paris, Concert du XIXe siècle
1878
19  ?
On demande un arlequin
Péricaud (Louis), Delormel (Lucien)
opé 1
Paris, Eldorado
1878
2   ?
Triomphe d'Arlequin (Le)
Guyon (Alex)
pant
Paris, Eldorado
1879
12 avr
Tziganes de Longjumeau (Les)
Dorfeuil (Georges)
opé 2
Paris, Alcazar
1880
Petit jeune homme (Le)
Péricaud (Louis), Delormel (Lucien)
opé 1
Paris, Eldorado
1882
10 fév
Beignets du roi (1ère version)
Carré (Albert), Ferrier (Paul)
oc 3
Belgique, Bruxelles,
Fantaisies-Parisiennes
[2ème version : Paris 1888 : Les premières armes de Louis XV]
1882
23 avr
Torchon (Le)
Dorfeuil (Georges), Mey (Charles)
opé 1
Paris, Gaîté-Montparnasse
1882
20 juin
Premières armes de Parny (Les) [1]
Péricaud (Louis), Delormel (Lucien)
opé 1
Paris, Eldorado
1883
8 nov
François les Bas-Bleus [2]
Dubreuil (Ernest), Humbert (Eugène), Burani (Paul)
oc 3
Paris, Folies-Dramatiques (r. de Bondy)
1886
30 août
Vetah [3]
Santley (Kate)
oc 3
Angleterre, Portsmouth
1888
16 fév
Premières armes de Louis XV (Les), (2èmeversion) [2]
Carré (Albert), Ferrier (Paul)
oc 3
Paris, Menus-Plaisirs (Th. Antoine)
[1ère version, Bruxelles 1882 : Les Beignets du roi]
1892
23 avr
Forban (Le)
Dorfeuil (Georges), Mey (Charles)
opé 1
Paris, Gaîté-Montparnasse
?
Deux coups de marteau
Ghédé, Calixte (P.)
sayn
?
?
Mari à l'essai (Un)
Péricaud (Louis), Villemer (Gaston)
opé 1
Paris, Concert du XIXe siècle
?
Divertissement russe
Ribeyre (Félix)
ballet 3t 
?
[1] oeuvre également attribuée à Frédéric Barbier, et créée le 14 mars 1882 à l'Eldorado
[2] partition complétée et remaniée par André Messager
[3] airs arrangés par Georges Jacobi, airs supplémentaires de Frederick Bowger

Retour au début de la page
Dernière modification: 20/02/2014